Version pdf

Vénérable  Maître  

Mes  Soeurs  et  mes  Frères  en  vos  grades  et  qualités  

Il  y  a  quelques  années  j’avais  présenté  dans  ce  temple  une  planche    intitulée  “La  Franc-maçonnerie 
allemande  face  au  régime  national  socialiste”  

Mon  travail  m’avait  conduit  à  étendre  mes  recherches  aux  autres  pays  d’Europe  et  régimes  dictatoriaux 
pour  la  même  période.  

Finalement  ma  planche  représentait  bien  plus  que  les  30  minutes  qui  m’étaient  allouées.  

Je  m’étais  donc  limité  à  la  Franc-Maçonnerie  Allemande,  sans  abandonner  l’idée  de  présenter 
ultérieurement  une  planche  sur  la  suite  de  mes  recherches  

C’est  ce  que  je  vous  propose  ce  midi.  

 

La  comparaison  entre  deux  conceptions  diamétralement  opposées  du  monde,  entre  une  forme  de 
pensée,  la  franc-maçonnerie,  et  une  idéologie  totalitaire,  telle  que  le  national-socialisme,  ou  le  fascisme  

met  en  évidence  leurs  oppositions  fondamentales  et  leur  incompatibilité  de  coexistence.  La  franc- 
maçonnerie  travaille  à  l'amélioration  de  la  condition  humaine  alors  que  les  autres  doctrines  visaient  à 
mettre   en   application   une   idéologie   raciste,   xénophobe,   axée   sur   la   terreur   et   aboutissant   à 
l'extermination  de  toute  forme  d'opposition  à  leur  hégémonie  

Si  je  me  suis  décidé  à  présenter  cette  planche  aujourd’hui  c’est  parce  que  remonter  à  cette  époque 
noire  dans  l’histoire  de  la  franc-maçonnerie  nous  permet  de  nous  rappeler  quels  sont  les  dangers  de 
ces  idéologies  qui  ne  sont  pas  éradiquées  à  ce  jour.  

L’actualité  en  cette  période  trouble  pourrait  facilement  être  génératrice  d’un  renouveau  de  ces 
idéologies.  

L’afflux  de  migrants  dans  nos  pays,  qui  engendre  à  la  fois  de  la  compassion  pour  ces  pauvres 
déracinés,  mais  aussi  anxiété  et  angoisse  pour  l’avenir,    et  surtout  les  nombreux  attentats  qui  secouent

nos  sociétés,  peuvent  induire  un  courant  xénophobe,  raciste  et  nationaliste,  avec  replis  identitaires  et 
menacer  peut-être  l’existence  même  la  Communauté  Européenne,  jouant  comme  à  l’époque  dont  je  

parle,  des  peurs  irraisonnées  et  des  réflexes  protectionnistes  des  peuples  de  nos  pays.  Un  éternel 
recommencement  en  somme  qui  nous  pousse  à  être  attentifs.  

Reprenons  pour  commencer  un  petit  exposé  de  la  situation  de  la  Franc-maçonnerie  allemande  à  cette 
époque,  très  différente  finalement  du  reste  de  l’Europe.  

D’abord  un  petit  historique  :  

Au  XXe  siècle,  dès  avant  l’arrivée  au  pouvoir  de  Hitler,  le  complot  maçonnique  est  devenu  judéo- 
maçonnique  et  même,  trait  caractéristique  de  certaines  dictatures,  comme  celle  du  général  Franco,    "  

judéo-maçonnique-communiste"  

En  1778,  pour  la  première  fois  les  juifs  sont  associés  aux  francs-maçons  pour  un  complot,  dans  un 
pamphlet  du  dominicain  Greidman  d’Aix-la-Chapelle  qui  déclare  tout  de  go  :  Les  juifs  qui  crucifièrent  le  

sauveur  étaient  Francs-maçons,  Pilate  et  Hérode  les  chefs  d’une  loge.  Judas,  avant  de  trahir  Jésus, 
avait  été  reçu  maçon  dans  une  loge.  Ridicule,  mais  pour  la  première  fois  on  plaçait  dans  un  même  lien 
de  conspiration  Juifs  et  maçons.  

 BARRUEL  

Parmi  les  pamphlétaires  antimaçonniques  et  anti  juifs,  l’Abbé  Barruel  occupe  une  place  spécifique  et 
très  importante  tant  ses  écrits  influenceront  ses  successeurs  dans  la  dénonciation  de  ce  complot.  

  Le  régime  national  Socialisme  de  Hitler  fera  de  larges  emprunts  à  ses  pamphlets.  Barruel,  jésuite 
français,  dirige  le  “  journal  ecclésiastique”  jusqu’en  1788.  En  1792  il  s’enfuit  en  Angleterre  et  il  publie  

à  Londres  en  1797  “Mémoires  pour  servir  à  l’histoire  du  jacobinisme  “.  

Pour  Barruel  la  société  est  confrontée  à  une  conspiration  contre  l’Eglise  et  la  Monarchie,  contre  l’Autel 
et  le  Trône.  

Barruel  conféra  aussi  aux  Illuminati  l'image  de  «  terroristes  »  manipulateurs    cherchant  la  destruction 
de  l'Eglise  et  du  christianisme.    

Pour  en  revenir  à  la  situation  en  Allemagne,  il  ne  fait  guère    de  doute  qu’une  partie    des  obédiences 
allemandes  a  tenté  de  travailler  et  de  s'associer  avec  le  nazisme  avant  même  l'arrivée  d'Hitler  au 
pouvoir.  Elle  a  salué  son  avènement  en  soulignant  que  les  thèses  du  nazisme  coïncidaient  avec  les 
principes  qu'elle  se  glorifiait  de  défendre.  

Face  à  cette  majorité,  une  fraction  infime  (un  millier  de  Maçons,  moins  d'un  pour  cent  )  a  organisé  en 
1930  une  nouvelle  Grande  Loge,  la  Grande  Loge  Symbolique,  et  s'est  opposée  au  nazisme,  à  sa 
politique  nationaliste,  à  ses  thèses  racistes  et  antisémites.  A  l'honneur  de  cette  opposition  minoritaire,  

elle  s'est  manifestée  de  la  manière  la  plus  courageuse  par  la  parole  et  par  l'écrit  jusqu'en  mars  1933, 
date  à  laquelle  elle  décida  librement  de  se  mettre  en  sommeil.  

Mais  cette  Grande  Loge  Symbolique  était  la  seule  Grande  Loge  allemande  à  ne  pas  être  considérée 
régulière,  non  seulement  par  la  Franc-Maçonnerie  allemande,  toutes  tendances  confondues,  mais  aussi  

par  les  Francs-Maçonneries  anglaise  et  américaine.  

La  loge  Aux  Trois  Globes  est  la  première  loge  ouverte  à  Berlin  le  13  septembre  1740  alors  que  Frédéric, 
Prince  Héritier  et  maçon,  vient  d'accéder  au  trône.  En1744,  elle  prend  le  titre  de  Grande  Mère-Loge  

Nationale  Aux  Trois  Globes  (Grosse  National-Mutterloge  "zu  den  drei  Weltkugeln").  

Le  médecin-général  des  armées  Zinnendorf,  en  1770,  fonde  une  seconde  obédience,  la  Grande  Loge 
Nationale  (Grosse  Landesloge).  

La  troisième  obédience  est  issue  de  la  loge  Aux  trois  Colombes,  créée  par  des  Français  en  mai  1760 
au  sein  de  la  Mère-Loge  Aux  Trois  Globes    A  la  suite  d'une  scission  intervenue  le  11  juin  1798,  elle  

devient  la  Grande  Loge  de  Prusse  et,  en  1845,  ajoute  à  son  titre  les  mots  Royal  York  de  l'Amitié 
(Grosse  Loge  von  Preussen,  genamt  Royal  York  zur  Freundschaft).  En  1914  elle  devient  La  Grande  

Loge  de  l’Amitié  

Pour  ces  trois  Grandes  Loges  de  Prusse  dont  le  siège  est  à  Berlin,  la  Franc-Maçonnerie  est  chrétienne 
par  essence  et,  logiquement,  elles  n'acceptent  que  des  chrétiens  comme  membres  et  comme  visiteurs,  

c'est-à-dire  qu'elles  refusent    les  Juifs.  

1914-1930  

La  première  Guerre  Mondiale  voit  l’Alliance  des  Grandes  Loges  Allemandes  rompre  ses  relations  avec 
les  Francs-Maçonneries  de  l'Entente  des  pays  ennemis.  

A  la  fin  de  la  guerre,  la  Franc-Maçonnerie  allemande  elle-même  est  en  butte  à  des  accusations 
attribuant  la  défaite  à  un  complot  "judéo-maçonnique".  

Accusations  intolérables  pour  les  trois  Grandes  Loges  prussiennes  qui  regroupent  les  deux  tiers  des 
Maçons  allemands  et  qui  ont  toujours  refusé  d'initier  des  Juifs.  Elles  vont  donc  accentuer  leurs  positions 
ultra-nationalistes  et  durcir  leur  attitude  vis-à-vis  des  obédiences  humanitaires.  

La  Grande  Loge  de  l’Amitié  (zur  Freundschaft  )  modifie  sa  Constitution  en  1923:  ses  buts  sont 
désormais  définis  comme  étant  «  d'éveiller,  de  nourrir  et  de  propager  les  principes  de  la  chrétienté  et 
ceux  de  l'idéalisme,  de  la  religiosité,  des  moeurs,  du  sens  de  la  fraternité  et  du  patriotisme  allemands.»  

Une  de  ses  loges  de  Regensburg  adopte  la  croix  gammée  comme  symbole  maçonnique  au  mois  de 
septembre  1924.  

La  Grande  Loge  de  Bayreuth  n'est  pas  en  reste:  en  mars  1924,  elle  adopte  le  drapeau  allemand  comme 
symbole  maçonnique  qui  devra  désormais  être  présent  dans  ses  Temples.  

A  l'occasion  de  la  St  Jean  1926,  la  Grande  Loge  Nationale  rappelle  les  différences  entre  les  races, 
voulues  par  le  Créateur,  et   indique  que  l'Ordre  s'efforce   d'élever  un   barrage  contre  le  déluge  

catastrophique  qu'amène  la  non-observation  de  ces  différences.  

Que  dit  Rosenberg,  le  théoricien  du  nazisme  

Outre  la  “juiverie”,  la  franc-maçonnerie  a,  elle  aussi,  les  «  honneurs  »  de  Rosenberg  :  “la  Franc- 
maçonnerie  a  produit  jusqu'à  ce  jour  les  fondements  d'une  éducation  universelle  et  abstraite.  Elle  a 
aussi  forgé  le  slogan  politique  des  150  dernières  années  :  Liberté,  Égalité,  Fraternité,  et  donné  

naissance  à  une  démocratie  «humaine  »,  chaotique,  qui  mine  les  peuples.  

Et  voici  maintenant  la  juiverie  internationale  qui  vient  s'incruster  dans  l'organisation  maçonnique.,, 
Rosenberg  proclame  que  la  conception  maçonnique  de  l'homme  supprime  toutes  les  différences  entre 
peuples  et  races.  Les  maçons  sont  les  meurtriers  de  la  royauté,  ils  appartiennent  à  une  société  

révolutionnaire.  Les  juifs  y  sont  infiltrés  et  ont  pourri  par  l'argent  toutes  les  démocraties,  ils  constituent 
une  dictature  de  la  finance.  

La  période  1930-1933  

Pourtant,  deux  nouveaux  corps  maçonniques  vont  se  créer  en  1930,  le  Suprême  Conseil  pour 
l'Allemagne   (Oberster   Rat   für   Deutschland)   et   la   Grande   Loge   Symbolique   d'Allemagne  

(Symbolische  Grossloge  von  Deutschland).  

En  avril  1932,  au  second  tour  de  l'élection  présidentielle,  Hindenburg  obtient  plus  de  dix-neuf  millions 
de  voix  et  Hitler  plus  de  treize.  Von  Heeringen  déclare  au  nom  de  la  Grande  Loge  Nationale  qu'il  ne  voit 
pas  l'ombre  d'un  inconvénient  à  ce  que  ses  membres  adhèrent  au  parti  nazi.  

Le  30  janvier  1933  voit  l'avènement  du  3e  Reich.  Hitler  est  nommé  chancelier.  Le  Grand  Maître  de  la 
Grande  Loge  de  Saxe  et  les  trois  Grands  Maîtres  de  Prusse  adressent  des  télégrammes  de  félicitations  

à  Hitler  qui  leur  répond  en  les  remerciant.  

Juifs  et  Franc-maçons  

Dans  Mein  Kampf,    Hitler  écrivait  déjà  :  

Pour  affermir  sa    situation  dans  l’État,  le  Juif  cherche  à  abattre  toutes  les  barrières  par  lesquelles  la  race 
et  l'état  civil  avaient  d'abord  gêné  sa  marche.  Pour  cela,  il  combat,  avec  toute  la  ténacité  qui  lui  est  

propre,  pour  la  tolérance  religieuse  et  il  a  dans  la  franc-maçonnerie,  qui  est  complètement  tombée  entre 
ses  mains,  un  excellent  instrument  pour  mener  une  lutte  qui  lui  permette  de  parvenir  astucieusement  

à  ses  fins.  

Plus  tard,  il  complétera  cet  avis  :  

“Dans  l’espace  vital  du  national  socialisme  il  ne  pouvait  donc  y  avoir  de  place  ni  pour  la  race  juive,  ni 
pour  les  francs-maçons  :  la  première,  représentant  une  race  impure,  les  autres  une  liberté  de  pensée  

inacceptable,  et  les  deux  tout  ensemble,  une  pensée  organisée  naturellement  opposée  à  toute  dictature 
d'aucune  sorte”.  

1933  ET  APRÈS  

La  Grande  Loge  Symbolique  aura  été  la  seule  obédience  allemande  à  adopter  des  positions  résolument 
opposées  au  nazisme.  Et  ce  sera  la  seule,  avec  le  Suprême  Conseil,  à  décider  spontanément  de  se 
mettre  en  sommeil  dans  les  derniers  jours  de  mars  1933.  

Ses  dirigeants  sont  arrêtés  par  la  Gestapo  et  internés.    

Pendant  ce  temps,  les  Grandes  Loges  humanitaires  tentent  sans  grand  succès  de  sauver  ce  qui  leur 
paraît  pouvoir  l'être  en  se  transformant  en  sociétés  profanes  excluant  les  "non-aryens".  Cela  ne  suffira 
pas.  

Les  trois  obédiences  prussiennes  adoptent  une  attitude  radicalement  différente.  Dans  la  matinée  du  11 
avril  1933,  le  Grand  Maître  de  la  Grande  Loge  Nationale,  von  Heeringen,  a  été  reçu  par  le  ministre  

Göering.  Celui-ci  lui  a  déclaré  qu'il  n'y  avait  pas  de  place  pour  la  Franc-Maçonnerie  dans  un  état 
national-socialiste  fondé  sur  le  fascisme.  Le  Grand  Maître  a  déclaré  en  tirer    les  conséquences:  la 
Grande  Loge  Nationale  cesse  d'exister  en  tant  qu'Ordre  maçonnique  mais  se  perpétue  sous  le  nom  

d'Ordre  germano-chrétien  des  Templiers.  

La  Grande  Loge  aux  trois  globes  n’est  pas  en  reste  et  décide  de  remplacer  son  titre  par  celui  d'Ordre 
National-Chrétien  Frédéric  le  Grand.”  

La  Grande  Loge  de  l'Amitié  se  rebaptise  “  Ordre  Germano-Chrétien  de  l'Amitié  “  et  publie  une 
déclaration  qui  contient  les  mots  suivants:    Ne  peuvent  devenir  membres  de  l'Ordre  que  des  hommes 
de  descendance  aryenne.  Les  Juifs  et  les  marxistes  en  sont  exclus.  Le  serment  du  secret  n'existe  plus.  

Le  20  avril,  dans  une  circulaire  commune  avec  l'Ordre  Frédéric  le  Grand,  l'Amitié  annonce  adopter  la 
croix  gammée  comme  insigne  des  Maîtres  de  loges  et  comme  symbole  de  la  lumière.  

Pendant  ce  temps,  dès  le  11  janvier  1934,  une  vague  de  poursuites  débute  contre  ce  qu’il  reste  de  la 
franc-maçonnerie,  menée  par  la  SA,  la  SS  et  la  Gestapo.  

Le  régime  nazi  ne  pouvait  montrer  plus  clairement  comment  il  entendait  se  séparer  de  l’opposant 
idéologique  qu’était  pour  lui  la  Franc-maçonnerie.  

L'interdiction  définitive  de  la  Franc-Maçonnerie  interviendra  finalement  le  17  août  1935.  Toutes  les  loges 
qui  existaient  encore  seront  alors  dissoutes.  

Les  loges  sont  mises  sous  scellés  et  fermées  par  la  Gestapo  et  le  SD.  Le  matériel  des  loges  est 
transporté  à  Berlin,  les  documents  à  la  Bibliothèque  centrale  de  la  SS  et  les  objets  rituelliques,  décors,  

tabliers,  etc..  sont  remis  au  “Musée”  de  la  maçonnerie.  

Les  objets  précieux  sont  vendus  à  des  orfèvres  ou  fondus  en  présence  de  la  Gestapo.  Les  immeubles 
appartenant  aux  loges  sont  vendus  à  des  prix  dérisoires  ou  mis  à  la  disposition  du  parti  

Le  1er  mars  1941,  les  pleins  pouvoirs  sont  confiés  à  Rosenberg  pour  les  questions  juives  et  maçonnes 
dans  les  territoires  occupés,  sous  administration  allemande.  

Tous  les  documents,  archives,  bibliothèques  trouvés  seront  envoyés  à  l’Ecole  supérieure  du  parti  Di 
Hohe  Schule  à  Francfort  

La  situation  après  1945  

Les  autorités  américaines  et  anglaises  avaient  ordre  de  n’autoriser  aucune  réunion  d’associations 
secrètes  et  interdisent  contre  toute  attente  la  renaissance  des  loges  dans  leur  zone  d’occupation 
respectives  et  cela,  à  certains  endroits,  jusqu’en  1948  

Ce  n’est  qu’à  la  fin  1947,  début  1948  que,  sous  la  pression  des  Grandes  Loges  américaines  et 
anglaises,  les  autorités  autorisent  la  réouverture  officielle  des  loges  

Par  contre  en  zone  occupée  par  la  France,  la  Franc-maçonnerie  est  libre  de  recommencer  le  travail  en 
loges  dès  1945,sous  l’impulsion  du  Général  Koenig,    au  fur  et  à  mesure  de  l’avance  des  troupes 
françaises.  

******************  

Et  maintenant,  nous  arrivons  à  la  deuxième  partie  de  mon  exposé  :quelle  fut  pendant  la  seconde  guerre 
mondiale  la  situation  de  la  Franc-Maçonnerie  dans  les  autres    pays  européens,  occupés  ou  non  ?  

Comme  vous  pourrez  le  constater,  la  période  de  1930  à  1945  fut  une  période  funeste  pour  la  franc- 
Maçonnerie  dans  l’ensemble  de  l’Europe,  excepté  bien  entendu  la  Grande-Bretagne,  pays  d’origine  de 
la  Franc-Maçonnerie  et  dirigée  durant  toute  cette  période  par  Winston  Churchill,  lui  même  maçon 
convaincu.  Le  Roi  Georges  VI  était  lui  aussi  maçon.  

En  Tchécoslovaquie  

Les  loges  de  Bohême-Moravie,  averties  de  ce  qui  se  passait  en  Allemagne  s’étaient  dissoutes  d’elles- 
mêmes.  Les  travaux  cessèrent,  les  archives  furent  mises  en  lieu  sûr.  Dans  le  territoire  des  Sudètes, 
envahi  en  1938,  les  loges  furent  saisies  par  la  Gestapo  et  le  SD  et  les  loges  furent  fermées  mais  sans 
poursuite,  semble-il,  contre  les  membres  

En  Slovaquie,  les  mesures  de  confiscation  prirent  les  loges  au  dépourvu  et  les  archives  transmises  au 
SD  

En  Autriche  

Quelques  heures  seulement  après  l'invasion  allemande,  l’Anschlusz,  l'annexion,  le  SD  et  la  Gestapo 
qui  suivaient  immédiatement  la  Wehrmacht,  ferment  les  loges  et  s'emparent  du  matériel  qui  est  envoyé 
vers  des  destinations  inconnues.  Tous  les  vénérables  des  loges  sont  convoqués  au  même  endroit  et 
contraints  de  livrer  tous  les  biens  de  leurs  loges,  sans  autre  forme  de  procès.  La  Grande  Loge  de  

Vienne  est  dissoute.  Ses  dirigeants  emprisonnés.  

Dans  les  pays  scandinaves  

Le  pouvoir  hitlérien  considérait  le  Danemark  et  la  Norvège  non  pas  comme  des  territoires  occupés  mais 
plutôt  comme  les  futurs  partenaires  d'une  alliance:  les  pays  scandinaves,  ceux  de  la  race  pure,  aryenne.  

Il  ne  convenait  pas,  en  conséquence,  d'y  exercer  la  répression  comme  en  France,  l'ennemi  héréditaire 
par  excellence.  

D'où  les  bonnes  relations  des  forces  d’occupation  allemandes  avec  les  populations  scandinaves.  Les 
prisonniers  furent  libérés  par  la  Wehrmacht  immédiatement  après  le  cessez-le-feu.  

La  Suède  

Les  recherches  historiques  ne  nous  apportent  guère  d’éclairage  sur  la  situation  de  la  Franc-maçonnerie 
en  Suède  durant  cette  période.  

Toutefois  la  Suède  étant  restée  neutre  durant  la  seconde  guerre  mondiale,  la  franc  maçonnerie  n’eut 
pas  à  subir  l’influence  des  nazis.  

Rappelons  que  la  Franc-maçonnerie  Scandinave  fonctionne  selon  le  Rite  Suédois,  d’inspiration 
essentiellement  chrétienne.  Depuis  1774,  les  rois  de  Suède  ont  été  les  Grands  Maîtres  de  l’ordre.  

Danemark  

Au  Danemark,  les  mesures  contre  la  franc-maçonnerie  étaient  interdites,  le  roi  là  aussi  étant  en  même 
temps  grand  maître  de  la  plus  importante  grande  loge  danoise.  Toutefois,  à  partir  d’août  1943,  les  

allemands  prennent  le  contrôle  du  Danemark  et  le  pouvoir  fut  assuré  par  le  Dr  Werner  Best,  gouverneur 
avec  pleins  pouvoirs.    

La  suite  des  événements  voit  la  fermeture  de  toutes  les  loges  danoises  avant  la  fin  de  1943.  On  dispose 
de  peu  d'éléments  concernant  le  processus  de  leur  fermeture  mais  on  sait  qu’en  fin  d’année    des  

commandos  spéciaux  de  la  Gestapo  stationnaient  dans  les  loges.  Best  toutefois  ne  fit  rien  pour  aider 
la  Gestapo.  Les  sources  officielles  traitant  de  la  question  des  crimes  de  guerre  ne  font  pas  état  de  

pillages  des  archives  et  biens  maçonniques  au  Danemark.  

Norvège  

On  ne  possède  aucune  information  officielle  côté  allemand    concernant  les  loges  norvégiennes.  Il 
semble  que  le  Reichskommissar  Terboven  ait  laissé  au  Gouvernement  de  Vidkum  Quisling  et    son 
Nasjonal  Samling,  parti  de  Rassemblement  national,  le  soin  de  s'occuper  des  questions  maçonniques.  

La  grande  majorité  des  maçons  norvégiens  appartenaient  à  la  franc-maçonnerie  chrétienne,  de  Rite 
Suédois,  intimement  liée  à  la  Grosze  Landesloge  von  Deutschland,  constituant  ainsi  un  creuset  

conservateur  fidèle  au  roi.  On  sait  que  les  nazis  renoncèrent  temporairement  à  la  fermeture  des  loges. 
Elles  furent  finalement  fermées  en  1942  et    Rosenberg  chercha  à  s'emparer  des  archives  des  loges  

norvégiennes.  

Finlande  

Tandis  que  l'avancée  des  troupes  allemandes  et  l'occupation  des  pays  conduisait  automatiquement  à 
la  fermeture  des  loges,  la  maçonnerie  en  Finlande  ne  subit  aucune  poursuite  de  la  part  des  nazis,  sans 
que  l’on  ait  des  précisions  à  ce  sujet.  

Pologne  

L'existence  d'une  Maçonnerie  polonaise  n'a  jamais  été  aisée  dans  un  pays  essentiellement  et 
profondément  catholique  et  son  anéantissement  provoqué  par  l'annexion  opérée  par  Bismarck  et  

Guillaume  II.  

À  la  fin  de  la  Première  Guerre  mondiale,  la  franc-maçonnerie  polonaise  est  exsangue.  

Elle  renaît  peu  à  peu,  mais  en  1930  un  projet  de  loi  contre  les  francs-maçons  est  déposé,  visant  à 
l'interdiction  de  la  franc-maçonnerie  en  Pologne.  En  1938,  la  Grande  Loge  Nationale  et  la  Fédération 
polonaise  du  Droit  Humain  procèdent  à  l'autodissolution  de  leurs  loges.  

Le  22  novembre  de  la  même  année,  un  décret  interdit  définitivement  la  franc-maçonnerie  en  Pologne. 
Les  poursuites  commencent  contre  les  francs-maçons  ;  ils  sont,  en  particulier,  interdits  d'exercice  dans  

la  fonction  publique.  Le  t  septembre  1939,  Hitler  envahit  le  pays.    

Il  va  de  soi  qu’après  la  Guerre,  les  communistes  ne  touchèrent  pas  au  décret  d'interdiction  de  la 
maçonnerie.  L'année  1989  et  la  chute  du  mur  de  Berlin  a  vu  le  début  de  la  lente  renaissance  de  la  franc-  

maçonnerie  en  Pologne.  

En  Yougoslavie  

En  Yougoslavie,  les  loges  furent  fermées  avant  l'invasion  des  Balkans,  archives  et  documents  tombant 
dans  la  main  des  Allemands.  Ce  fut  le  cas  aussi  des  loges  serbes,  mais  les  loges  de  Croatie  ne  subirent  

pas,  semble-t-il,  d'exactions  ni  pillages.  

En  Bulgarie  

En  Bulgarie  la  Franc-maçonnerie  put  se  développer  normalement  jusqu’en  1940.  Elle  fut  alors  prohibée 
sur  l’influence  d’Hitler,  puis  après  par  les  communistes.  

Elle  ne  renaquit  qu’après  la  chute  du    mur  de  Berlin.  

En  Roumanie  

C’est  dès  la  première  guerre  mondiale  que  les  ateliers  maçonniques  cessèrent  de  fonctionner.  Les 
maçons  purent  de  nouveau  se  réunir  à  partir  de  1920,  puis  leur  ordre  fut  interdit  par  le  Général 
Antonescu  en  1940  et  par  les  communistes  en  1947.  

Elle  ne  renaquit  qu’après  la  chute  du    mur  de  Berlin.  

En  Grèce  

Nous  avons  vraiment  très  peu  de  documentation  relative  à  la  Franc-maçonnerie  Grecque.  La  Grèce  a 
fait  partie  de  l’Empire  Ottoman  jusqu’en  1829.  Jusque  là  les  quelques  loges  qui  avaient  vu  le  jour 
appartenaient  au  Grand  Orient  Ottoman.  

La  première  loge  mixte  fut  la  loge  symbolique  "Athéna  -  815",  fondée  en  1926.  

Les  différentes  guerres  contre  notamment  la  Turquie  amènent  à  la  dictature  du  Général  Metaxas  en 
1936.  

Les  loges  sont  peu  nombreuses  et  en  conflit  avec  l’Eglise  Orthodoxe  Grecque  

En  1936,  un  acte  gouvernemental  de  la  dictature  a  forcé  les  loges  à  cesser  leur  fonctionnement.  

Les  invasions  italienne  et  allemande  n’arrangent  rien  et  nous  n’avons  aucune  trace  d’activités 
maçonniques  durant  toute  cette  période.  Il  faudra  attendre  1952  pour  voir  la  renaissance  ou  la  

naissance  de  nouvelles  loges  maçonniques.  

En  Russie  

La  franc-maçonnerie  fut  interdite  et  dissoute  après  la  révolution  bolchevique  en  1917.  Jusque  là,  la 
Franc  maçonnerie  en  Russie  était  plus  que  majoritairement  composée  de  la  famille  régnante,  de  la 
noblesse  et  de  certains  intellectuels.  

Trostky  en  particulier    fit  en  sorte  de  faire  interdire  la  Franc-maçonnerie,  incompatible  avec  la  dictature 
du  peuple  que  les  bolchevistes  mettaient  en  place.  

Elle  ne  renaquit  qu’après  la  chute  du    mur  de  Berlin.  

Aux  Pays-Bas  

La  Biblioteca  Klosania,  bibliothèque  maçonnique  unique  au  monde  fut  saisie  par  les  nazis.  Le  Gauleiter 
Seys-Inquart  exerça  une  répression  sauvage  et  impitoyable:  loges  pillées,  mises  sous  séquestre,  francs- 
maçons  déportés.  

En  italie,  en  espagne  et  au  Portugal  

Le  cas  de  Mussolini,  lors  de  la  dissolution  des  loges  italiennes  en  1925,  ou  celui  de  Hitler  qui  l'imita  en 
1933,  "comme  défense  contre  la  conspiration  judéo-maçonnique"  est  suffisamment  significatif  et  connu.  

Nous  pourrions  en  dire  autant  du  régime  de  Lisbonne  avec  Salazar.  

Mussolini  et  Salazar  firent  tous  deux  promulguer  des  lois  qui  exigeaient  la  communication  aux  autorités 
du  Parti    des  actes,  constitutions,  statuts,  règlements  intérieurs,  listes  des  membres  et  charges  sociales  

et  tous  renseignements  relatifs  à  l'organisation  et  à  l'activité  des  associations  en  question.  

Ces  lois  étaient  adressées  aux  fonctionnaires,  employés  et  agents  de  l'Etat,  des  provinces,  des 
communes  ou  instituts  placés  sous  la  tutelle  de  l'Etat,  leur  interdisant  sous  peine  de  destitution 
d'appartenir  à  des  sociétés  qui  fonctionneraient  de  façon  clandestine  ou  cachée,  et  dont  les  membres  

étaient  normalement  unis  par  le  secret.  

Dès1925  le  fascisme  mettra  un  frein  à  tout  cela  en  prohibant  la  franc-maçonnerie  dans  la  péninsule  et 
dans  les  colonies  ;  l'Église  et  les  communistes  feront  de  même  avec  leurs  propres  édits.  La  plupart  des 
hauts  dignitaires  sont  incarcérés  à  la  suite  de  cette  loi.  En  sommeil,  les  travaux  de  la  franc-maçonnerie  

italienne  perdurent  néanmoins  chez  les  italiens  de  l'étranger,  en  exil  et  parfois  dans  la  clandestinité.  

En  Espagne,  le  premier  décret  de  Franco  contre  la  Maçonnerie    date  du  15  septembre  1936  alors  qu’il 
était    commandant  en  chef  des  îles  Canaries.  Le  premier  article  déclare  la  Franc-Maçonnerie  et  les  

autres  associations  clandestines  contraires  à  la  loi  et  leurs  militants  -  qualifiés  d'activistes  -  considérés 
comme  rebelles.  Les  autres  articles  obligeaient  -  sous  de  peines  sévères  -  les  Maçons  à  brûler  tous  les 
papiers  maçonniques,  emblèmes,  écrits  de  propagande,  etc...  en  même  temps  qu'étaient  confisqués  

les  biens  de  la  Maçonnerie.  

De  plus,  en  Espagne  où  cela  tournait  à  l’obsession  chez  FRANCO  qui  avait  décidé  qu’il  fallait  "en  finir 
avec  la  Maçonnerie  et  avec  les  Maçons.",  le  simple  fait  d'être  Maçon  fut  suffisant  pour  que  des 
centaines  de  personnes  soient  passées  par  les  armes  sans  aucune  forme  de  jugement  

Dans  ces  trois  dictatures,  il  ne  resta  aux  maçons  que  la  persécution  ou  l’exil.  

En  France  

“Un  juif  n’est  jamais  responsable  de  ses  origines.  Un  franc-maçon  l’est  toujours  de  ses  choix  »,  répète 
le  maréchal  Pétain.  Orchestrée  par  Vichy  avec  le  soutien  des  Allemands,  la  répression  contre  les  francs-  

maçons  est  redoutable.  En  1945,  la  franc-maçonnerie  sort  brisée  des  années  d’occupation.  

En  juillet  1940,  le  maréchal  reçoit  Camille  Chautemps  haut  dignitaire  de  la  franc-maçonnerie  (prince  du 
royal  secret)  qui  demande  au  maréchal  Pétain  quels  reproches  lui  inspire  la  franc-maçonnerie.  Pétain  

lui  répond  vaguement  :  «  Je  sais  seulement  que  c’est  une  société  dont  tout  le  monde  me  dit  qu’elle  fait 
beaucoup  de  mal  à  mon  pays.  »  

L’Etat  français  n’a  guère  qu’un  mois  d’existence  lorsqu’il  interdit  la  franc-maçonnerie.  La  loi  du  13  août 
1940  dissout  les  «  sociétés  secrètes  »  et,  quelques  jours  plus  tard,  sont  déclarées  nulles  les  

associations  dites  de  la  «  Grande  Loge  de  France  »,  et  du  «  Grand  Orient  »  en  métropole  et  dans 
l’Empire.  

En  fait,  il  se  dit  que  Pétain  qui  n’était  pas  maçon  avait  conçu  une  forte  animosité  contre  elle  car,  jeune 
officier,  son  avancement  avait  été  régulièrement  retardé  au  profit  d’autres  officiers,  maçons  eux,  l’armée  

étant  dirigée  par  de  hauts  dignitaires  francs-maçons.  

A  la  fin  d’octobre  1940,  les  scellés  sont  apposées  sur  les  locaux  des  obédiences;  documents  et  archives 
sont  saisis.  

Les  Allemands  s’intéressent  aussi  à  ces  trésors.  En  décembre  1940,  ils  pillent  des  caisses  venant  des 
obédiences  maçonniques  de  Caen  et  de  Bordeaux.  

L’état-major  spécial  de  Rosenberg  envoie  en  Allemagne  quatre  cent  soixante-dix  caisses  de  documents 
provenant  des  territoires  occupés  à  l’ouest.  

Une  seconde  offensive  contre  la  franc-maçonnerie  se  déclenche  au  cours  de  l’été  1941.  

Raphaël  Alibert  qui  avait  rédigé  la  loi  de  1940  n’est  plus  ministre  et  la  volonté  répressive  de  l’amiral 
Darlan,  vice-président  du  Conseil,  a  de  quoi  surprendre  ceux  qui  connaissent  ses  amitiés  maçonniques.  

Mais  la  France  vient  de  perdre  le  Levant  après  d’éprouvants  combats  contre  les  Français  libres, 
situation  qui  conduit  à  rechercher  des  «  traîtres  ».  

Une  nouvelle  loi  (11  août  1941)  interdit  aux  anciens  dignitaires  et  hauts  gradés  de  la  franc-maçonnerie 
l’exercice  des  fonctions  publiques  énumérées  à  l’article  2  du  statut  des  juifs  du  2  juin  1941  Les  

fonctionnaires  et  militaires  concernés  sont  déclarés  démissionnaires  d’office.  Ils  sont  nombreux  dans 
ce  cas  car  la  qualification  de  «  hauts  gradés  »  s’applique  dès  le  troisième  degré  (maître)  et  concerne  

donc  la  très  grande  majorité  des  francs-maçons  en  France.  La  loi  prévoit  surtout  une  disposition  qui  se 
veut  infamante  et  cherche  à  impliquer  la  population  française  :  le  Journal  officiel  publie,  dès  le  12  août  

1941,  les  noms  des  dignitaires  et  hauts  gradés.  

En  quelques  mois  sont  exposés  à  la  curiosité  du  public  les  noms  de  dix-huit  mille  dignitaires  francs- 
maçons.  

A  Gergovie,  le  30  août  1942,  Pétain  dénonce  la  Franc-Maçonnerie  aux  membres  de  la  Légion  française 
des  combattants  :  «  Une  secte,  bafouant  les  sentiments  les  plus  nobles,  poursuit,  sous  couvert  de 
patriotisme,  son  œuvre  de  trahison  et  de  révolte.  »  

En  janvier  1943,  il  encourage  le  zèle  du  Service  des  sociétés  secrètes  :  «Vous  ne  devez  pas  hésiter. 
La  franc-maçonnerie  est  la  principale  responsable  de  nos  malheurs  ;  c’est  elle  qui  a  menti  aux  Français 
et  qui  leur  a  donné  l’habitude  du  mensonge.  Or,  c’est  le  mensonge  et  l’habitude  du  mensonge  qui  nous  

ont  amenés  où  nous  sommes.  »  

Pierre  Laval  témoigne  de  l’animosité  du  maréchal  de  France  :  «  Le  maréchal  Pétain,  écrit-il,  attribuait 
à  la  franc-maçonnerie  la  responsabilité  de  nos  malheurs  et  il  considérait  ses  membres  comme  des 
malfaiteurs  publics.  ».  Les  chefs  de  l’armée,  le  général  Weygand,  l’amiral  Darlan,  avaient  accepté  les  

très  dures  conditions  que  Hitler  imposait  dans  l’armistice  parce  que  la  France  conservait  sa  flotte  et 
l’Empire.  Or,  l’appel  de  Charles  de  Gaulle  agitait  les  colonies.  

Le  gouverneur  du  Tchad,  Félix  Eboué  prit  contact  avec  lui  et  rallia  son  pays  à  la  France  libre.  Félix 
Eboué  était  franc-maçon.  Or,  nombreux  étaient  les  fonctionnaires  des  colonies  appartenant  à  la  franc- 
maçonnerie.  

La  suspicion  sur  la  fiabilité  des  fonctionnaires  n’est  pas  neuve  à  ce  moment.  

La  publication  de  la  loi  au  Journal  officiel  du  14  août  1940  s’accompagne  de  deux  formulaires  à  remplir 
par  tous  les  fonctionnaires,  agents  des  communes,  établissements  publics  de  métropole,  des  colonies 
et  protectorats.  

Par  l’un,  le  signataire  déclare  n’avoir  jamais  appartenu  à  la  franc-maçonnerie  et  prend  l’engagement  de 
ne  jamais  y  appartenir.  L’autre  modèle  de  formulaire  tient  compte  de  l’intérêt  de  l’Etat  français  de  ne  pas 
se  priver  des  services  d’hommes  désabusés  par  leurs  erreurs,  pour  autant  qu’ils  reconnaissent  ces 
erreurs.  

Il  fallut  attendre  l’arrivée  du  Général  de  Gaulle  à  Alger  en  1943  pour  que  les  fonctionnaires  révoqués 
–  maçons  ou  non  –  soient  réintégrés.  En  novembre  1943,  le  Grand  Maître  Dumesnil  de  Gramont  arrive 
à  Alger  pour  siéger  au  nom  du  mouvement  de  résistance  Libération-Sud  à  l’assemblée  consultative.  Il 
s’emploie  à  ce  que  les  travaux  des  loges  puissent  reprendre  en  toute  légalité.  

A  l’assemblée  consultative,  le  général  de  Gaulle  répond  à  Yvon  Morandat  :  «Nous  n’avons  jamais 
reconnu  les  lois  d’exception  de  Vichy,  en  conséquence  la  franc-maçonnerie  n’a  jamais  cessé  d’exister 
en  France.  »  

Enfin,  le  15  décembre  1943,  une  ordonnance  du  CFLN  porte  annulation  de  la  loi  du  13  août  1940  et  des 
dispositions  relatives  aux  sociétés  secrètes.  Après  la  Libération,  l’ordonnance  du  31  mars  1945  rétablit  

la  légalité  républicaine  

Au  Grand  Duché  de  Luxembourg  

En  1926,  les  Grandes  Loges  se  créent.  Il  en  est  de  même  au  Grand-Duché  avec  la  création  de  la 
Grande  Loge  de  Luxembourg.  De  fait  cette  dernière  ne  compte  qu’un  atelier  unique  :  celui  des  Enfants  

de  la  Concorde  fortifiée.  

Le  Chapitre,  qui  lentement  du  Rite  français  verse  vers  une  copie  presque  conforme  du  Rite  Ecossais 
Ancien  et  accepté,  continue,  en  union  avec  la  Grande  Loge,  sa  marche  solitaire.  

En  1933,  les  franc-maçonneries  allemandes  sont  éradiquées  par  les  Nazis.  Beaucoup  de  Frères 
allemands  en  fuite  passent  par  l’Orient  de  Luxembourg  où  ils  sont  aidés.  Des  Luxembourgeois  ayant  

reçu  la  Lumière  dans  une  Obédience  outre-Rhin,  reviennent  au  pays.  Ceux  de  l’Obédience  Zur 
Aufgehenden   Sonne   (Au   Soleil   levant)   de   l’Orient   de   Hambourg   s’assemblent   en   un   triangle  

(Ortsgruppe)  qui  prend  le  nom  de  Quand-Même.  

Tous  sont  surpris  le  10  mai  1940  par  l’invasion  du  Grand-Duché  neutre,  par  les  forces  armées 
allemandes.  La  Franc-  Maçonnerie  en  Luxembourg  est  mise  en  sommeil.  

La  Société  littéraire  est  mise  sous  séquestre,  les  travaux  en  loge  suspendus. 
L’Hôtel  de  la  Loge  échappe  de  justesse  à  un  acquéreur  allemand.  

Après  la  guerre,  le  Vénérable  Maître  Eugène  Moseler  rassemble  ce  qui  est  épars.  Le  gros  des  Frères 
a  survécu  sans  trop  de  dommages,  mais  pas  tous  ne  répondent  à  l’appel.  Une  dizaine  de  Frères  n’ont 
pas  survécu  aux  affres  des  camps  de  concentration.  Deux  Frères  sont  exclus  du  Tableau  pour  

collaboration  avec  l’ennemi.  

Le  plus  difficile  est  …..  de  faire  vider  en  1946  l’Hôtel  de  la  Loge  des  livres  de  la  Bibliothèque  de  l’Etat, 
et  de  récupérer  mobiliers  et  affaires  maçonniques  et  utilitaires  chez  les  Luxembourgeois  qui  s’en  étaient 
rendus  acquéreurs  lors  des  ventes  publiques  organisées  par  les  Nazis  

En  Belgique  

Les  attaques  se  multiplient  à  travers  des  campagnes  de  presse  de  La  Libre  Belgique,  qui  publiera  entre 
janvier  et  mars  1938,  une  liste  de  plus  de  200  frères  avec  leur  adresse  privée.  

Après  la  capitulation,  le  gouvernement  militaire  pour  la  Belgique  était  assuré  par  la  Wermacht,  qui 
était  aussi  compétente  pour  le  Nord  de  la  France.  

Les  loges  sont  dissoutes,  leurs  membres  sont  persécutés,  plusieurs  seront  exécutés.  Mais  l’armée 
allemande  elle,  refusa  de  se  livrer  à  des  persécutions  contre  les  maçons.  Les  SS  la  Gestapo  et  la 
SD  s’en  chargèrent  avec  la  collaboration  des  rexistes  belges.  

Tout  de  suite  les  loges  sont  saisies  et  fermées,  les  temples  pillés  et  saccagés,  leurs  locaux  sont 
ensuite  détruits  et  réquisitionnés  par  l'occupant.  

Et,  s'aidant  de  tout  le  matériel  saisi  ,  on  dressait  listes  et  fiches  qui,  au  fur  et  à  mesure  de  leur 
établissement,  étaient  communiquées  au  Sicherheitsdienst  le  service  de  renseignements  de  la  SS.  

La  collaboration  fut  en  tout  cas  complète  avec  l'occupant,  principalement  avec  le  service  II  b  de  la 
Gestapo  (Hirth.).  Le  dépouillement  d'archives  et  les  renseignements  de  toutes  espèces  permirent  la  

constitution  d'un  fichier  de  5  000  noms,  après  un  travail  jugé  difficile  et  toujours  imparfait."  

Sous  l'occupant  nazi,  la  franc-maçonnerie  belge  a  connu  sans  aucun  doute  la  période  la  plus 
douloureuse  de  son  histoire.  Ce  sont  des  pamphlets,  des  expositions  antimaçonniques  et  la  création  

de  la  Ligue  antimaçonnique    en  août  1940.  Celle-ci  organise  une  exposition  itinérante  antimaçonnique. 
Degrelle  établit  le  QG  du  mouvement  rexiste  dans  un  immeuble  saisi  aux  francs-maçons.  

Des  frères  sont  assassinés.  On  ignore  le  chiffre  exact  mais,  au  lendemain  de  la  Seconde  Guerre 
mondiale,  la  maçonnerie  belge  sera  à  genoux  et  comptera  des  dizaines  de  disparus  (morts,  assassinés 
ou  déportés).  

L'ensemble  des  dirigeants  du  Grand  Orient  de  Belgique  aura  été  assassiné.  

Pour  conclure,  on  peut  sans  conteste  affirmer  que  dans  la  plus  grande  partie  de  l’Europe,  la  Franc- 
Maçonnerie  fut  mise  en  sommeil.  Durant  cette  période  funeste  de  nombreux  maçons  on  été  internés  

ou  exécutés.  

Hélas,  l’Histoire  est  un  éternel  recommencement  et  la  période  trouble,  c’est  le  moins  qu’on  puisse  dire, 
que  nous  connaissons  aujourd’hui  offre  des  similitudes  avec  le  passé.  

Cela  doit  nous  inciter  à  rester  vigilant  et  à  persévérer  à  répandre  autour  de  nous  les  valeurs 
fondamentales  de  la  franc-maçonnerie  et  à  défendre  la  liberté,  l’égalité,  la  fraternité.  

J’ai  dit  vénérable  maître. S.V. 6 janvier 2016 

*******************************************************************************  

En  Suisse  

«  Dans  un  pays  parlant  4  langues,  carrefour  de  civilisations,  constitué  politiquement  par  une 
Confédération  de  23  cantons  (dont  3  sont  divisés  en  demi-cantons),  où  chacun  a  ses  lois 
particulières,  la  franc-maçonnerie  ne  pouvait  présenter  un  développement  homogène  »  

Toutefois,  en  1937,  la  franc-maçonnerie  suisse  est  confrontée  au  fascisme  avec  l’  initiative 
Fonjallaz,  visant  à  interdire  les  sociétés  secrètes  en  Suisse.  Le  28  novembre  1937  le  peuple  et  les 
cantons  (tous  sauf  Fribourg)  rejettent  largement  cette  initiative.  

un  mot  sur  les  illuminati  

Les  Illuminati  furent  fondés  le  1er  Mai  1776  par  un  dénommé  Weishaupt,  professeur  de  Droit  à  l' 
Université  d'Ingolstadt  en  Bavière.  L’intention  de  Weishaupt  était  d’infiltrer  les  milieux  maçonniques 
afin  d’imposer  ses  idées  essentiellement  anticléricales  et  anti  monarchistes.    D’après  Barruel  les  

Illuminati  avaient  pour  but  de  saper  la  religion  chrétienne  et  faire  de  la  maçonnerie  un  système 
politique  Pour  BARRUEL,  peu  importe  que  les  francs-maçons  réfutent  cette  manipulation  par  les  

illuminati,  ils  ne  sont  de  toute  façon  pas  conscients  de  la  grande  machination  

Barruel  conféra  ainsi  aux  Illuminati  l'image  de  «  terroristes  »  manipulateurs    cherchant  la 
destruction  de  l'Eglise  et  du  christianisme.    

Les  ennemis  des  Illuminati  voulurent  même  y  voir  une  forme  de  satanisme  ou  de  culte  d'adoration 
de  Satan...  

Le  résultat,  aujourd'hui,  est  l'immense  littérature  et  les  films  décrivant  le  complot  illuminati,  toujours 
d’actualité.  

Celui-ci  n'a  vraisemblablement  jamais  existé  que  dans  les  esprits  malades  de  fanatiques  religieux  ou 
d'adorateurs  des  explications  faciles  aux  événements  mondiaux.  

En  tous  cas  il  n’existe  aucune  preuve  que  les  illluminati  de  Bavière,  interdits  en  1790,  aient  survécus 
à  la  mort  de  Weishaupt.  

Les  auteurs  comme  Barruel  virent  dans  les  documents  de  l'Ordre    ce  qu'ils  voulaient  bien  y  voir  et 
les  fantasmes  de  conspiration  –  repris  après  la  Révolution  française  –  y  allèrent  bon  train  dans  une  

incompréhension  et  un  manque  total  d'esprit  critique.  

La  Grande  Loge  Nationale  en  Allemagne  

Elle  ne  reconnaît  pas  les  Constitutions  d'Anderson  de  1723.  Son  histoire  traditionnelle  fait  remonter 
l'origine  de  la  Franc-Maçonnerie  non  pas  aux  tailleurs  de  pierre  du  Moyen-Age,  mais  à  des  

Templiers  réfugiés  en  Écosse  après  la  mort  de  Jacques  de  Morlay  en  1314.  Dernier  point 
fondamental:  elle  se  définit  comme  un  Ordre  chrétien.  

Aux  élections  du  14  septembre  1930,  le  parti  nazi  remporte  un  succès  inattendu  avec  6.400  000  

voix  et  107  sièges  au  Reichstag.  

Dans  les  jours  qui  suivent,  la  Grande  Loge  Nationale  décide  d'ajouter  à  son  nom  les  mots  Ordre 
Germano-Chrétien  (Deutsch-Christlicher  Orden).  

Pendant  cette  décennie  fusent  les  premières  attaques  contre  la  franc-maçonnerie  allemande  par  

Ludendorff  notamment  

Le  général  Erich  Ludendorff,  chassé  de  l'armée,  va  se  Iancer  dans  une  lutte  acharnée  contre  la 
franc-maçonnerie  qu'il  accuse,  notamment,  d'être  l'auteur  de  la  guerre  et  coupable  de  la  défaite  en 
1918.  

Le  4  janvier  1933  était  intervenue  deux  ordonnances  de  GOERING  ,  Ministre  président  de  Bavière,  Il 
basait  ces  ordonnances  sur  le  fait  que  l’unité  du  peuple  allemand,  réalisé  par  le  mouvement  national  

socialiste  ne  justifiait  en  aucun  cas  le  maintien  des  loges  maçonniques.  

1900-1914  en  Allemagne  

A  la  suite  de  la  guerre  de  1870,  les  relations  maçonniques  franco-allemandes  sont  devenues 
inexistantes  jusqu’au  3  juin  1906.  L'année  suivante,  les  Grands  Maîtres  allemands  se  rendent  en 
délégation  officielle  à  Paris  et  le  Convent  du  Grand  Orient  de  France  vote  par  294  voix  contre  49  la  

suppression  de  la  page  consacrée  aux  loges  d'Alsace-Lorraine  dans  son  annuaire,  page  qui  depuis 
1871  était  encadrée  de  noir.  

Ce  vote  facilitera  la  reprise  des  relations  entre  le  Grand  Orient  de  France  et  tes  Grandes  Loges 
humanitaires  allemandes,  mais  non  avec  les  Grandes  Loges  de  Prusse  qui    ont  renoué  avec  la  

Franc-maçonnerie  anglaise  .  

EN  France  

La  loi  du  13  août  1940  

Le  garde  des  Sceaux,  ministre  de  la  Justice,  Raphaël  Alibert  a  éprouvé  de  la  satisfaction  à  rédiger 
cette  loi.  Il  pourchasse  comme  traîtres  tous  les  amis  de  la  Grande-Bretagne  qu’ils  soient  révélés, 
comme  le  Général  de  Gaulle  qu’il  fait  condamner  à  mort  par  un  conseil  de  guerre,  ou  potentiels 
comme  les  francs-maçons.  

Pierre  Chevallier  dont  les  travaux  ont  beaucoup  contribué  à  éclaircir  l'histoire  de  la 
Franc-Maçonnerie  française  disait    “Le  rôle  de  l'historien  n'est  ni  de  condamner  les  uns,  ni 
d'acquitter  les  autres.  L'histoire,  contrairement  à  une  opinion  reçue,  n'a  pas  à  juger,  mais  à  

expliquer  et  à  faire  comprendre.  

La  Maçonnerie  Belge  

Fait  extraordinaire  toutefois,  rapporté  par  Luc  Nefontaine,    une  loge  maçonnique  fut  constituée 
subrepticement  en  1943  dans  le  camp  de  concentration  allemand  d’Esterwegen.  Ce  sont  sept  

maçons  Belges  qui  la  créèrent  en  l’appelant  “Liberté  chérie”  

En  Angleterre  et  aux  Etats  Unis  

Dans  le  Royaume  Uni  comme  aux  Etats-Unis,  La  Franc-Maçonnerie  étale  son  existence  au  grand 
jour,  les  temples  ne  sont  pas  des  lieux  tenus  secrets  et  bien  de  maçons  arborent  fièrement  les  

insignes  de  leur  Obédience.  

En  Suède  

Le  premier  Grand  Maître  fut  le  roi  Charles  XIII  de  Suède,  qui  devint  grand  maître  en  1774    Tous  les 
rois  qui  lui  succédèrent  furent  les  Grands  Maîtres    jusqu’à  Gustave  VI